Le tabac est-il un assassin ?

Le tabac est-il un assassin ?

Vous allez découvrir le tabac dans toute son horreur et les dangers qui vous guettent, si vous ne réagissez pas.

Un peu d'histoire : Le tabac provient d'une plante herbacée de grande taille (de 1 à 2m) a de larges feuilles riches en nicotine et en composantes aromatiques qui sont séchées et partiellement fermentées.

Deux compagnons de Christophe COLOMB (1450-1506) l'ont rapportée d'Amérique en Espagne. Ils furent alors emprisonnés pour sorcellerie, car "seul le diable pouvait donner à un homme le pouvoir de souffler de la fumée par la bouche."Au XVIème Jean NICOT (nicotine), diplomate français à Lisbonne, envoie à Catherine de Médicis, régente en France pendant la minorité de Charles IX, cette nouvelle herbe à priser pour apaiser ses migraines. Par contre en Russie, un tsar fait couper le nez aux "priseurs" et le pape URBAIN VIII excommunie carrément les "fumeurs" coupables de sacrifier " à une substance aussi dégradante pour l'âme que pour le corps".

Puis les choses changent et COLBERT au XVIIème fait attribuer au roi le monopole du tabac que la France conserve ensuite. En 1860, la cigarette vient supplanter la pipe et le cigare, pourtant moins nocifs car leur température de combustion est moins élevée. Par contre , en cas d'inhalation de la fumée, le cigare reste plus toxique , en raison de la teneur très élevée de cette fumée en oxyde de carbone.

Les dangers du tabac apparaissent très vite. Tout d'abord l'oxyde de carbone est dangereux car il agresse les parois des artères coronaires, cérébrales en les asphyxiant ou en les durcissant comme le font le cholestérol et le diabète. Le risque d'accident vasculaire peut alors conduire à l'attaque cérébrale ou à l'infarctus du myocarde.

Ensuite, il y a la nicotine, cette substance qui jaunit les doigts des grands fumeurs. Elle a une influence sur la tension artérielle, attaque le système nerveux (palpitations, troubles digestifs, perte de l'appétit), accélère le vieillissement des vaisseaux sanguins, aggrave les risques d'angine de poitrine, d'hypertension et d'artérite.

Enfin l'oesophage et l'estomac peuvent également subir des conséquences, toutes celles-ci étant aggravées quand le fumeur avale la fumée ce dont certains se vantent. En effet, en pénétrant dans le fond des alvéoles pulmonaires, la fumée empoisonne le sang petit à petit par les goudrons qui descendent en fines particules dans les bronches provoquant leur dilatation. L'organisme ainsi attaqué manque d'oxygène, le fonctionnement du coeur est touché et apparaît une insuffisance respiratoire qui peut très vite s'aggraver. Tout le monde connaît la toux tenace des fumeurs atteints de bronchite chronique.

Les effets conjugués de ces 2 toxines : l'oxyde de carbone et la nicotine s'exercent dès les premières cigarettes et le risque cardio-vasculaire augmente avec la quantité de cigarettes fumées, surtout si donc on avale la fumée. Nous savons tous grâce aux campagnes d'information que le tabac réduit notre espérance de vie et que 46°/° des grands fumeurs n'atteignent pas 60 ans!

On sait aussi que le tabac est responsable des cancers du poumon, du larynx, de la vessie, et de la cavité buccale. Notre corps a certes des possibilités d'adaptation et de récupération très importantes, mais "Trop, c'est Trop". Les mesures gouvernementales mises en place par la France protègent mieux les non-fumeurs guettés par les mêmes risques que les autres mais elles ne semblent pas avoir eu un pouvoir dissuasif suffisant. Et pourtant quand on voit certaines photos de poumons nécrosés, ou qu'on apprend qu'un lapin devient cancéreux si on lui applique du goudron dur l'oreille ou bien que :

" Une gouttelette de nicotine, placée sur la langue d'un moineau, le tue en quelques secondes; deux gouttes provoquent la mort d'un chien et huit gouttes, celle d'un cheval, en quatre minutes."

Il y a quand même de quoi frémir...Mais il faut admettre que si on fume c'est parce quelque part c'est une drogue.99°/° des toxicomanes fument aussi du tabac; " Tous les fumeurs ne sont pas des névrosés, dit le Docteur GERARD, mais la plupart des névrosés sont des fumeurs."Le geste du fumeur dans la vie quotidienne est l'aboutissement de certaines difficultés : tromper son énervement, taire son anxiété, dénouer des situations embarrassantes etc...Les soucis peuvent parfois se mesurer au nombre de mégots qui débordent du cendrier. Certains fument comme d'autres grignotent.

Mais fumer, c'est aussi le plaisir du geste, l'habitude acquise devenue inconsciente et automatique, la fausse impression de relaxation ou l'illusion du coup de fouet. Le fait d'offrir une cigarette c'est aussi une façon d'entrer en contact avec l'autre, c'est un peu le même aspect relationnel que dans le fait d'inviter à "prendre un verre".

Pour être tout à fait juste il faut quand même préciser que le tabac active la digestion, s'oppose à la carie dentaire,(mais jaunit les dents!) et a des effets laxatifs et diurétiques. Mais ces petits avantages semblent bien insignifiants face à la dangerosité de la cigarette et du phénomène de dépendance qu'elle entraîne très vite, bien que beaucoup soient persuadés "que, eux, ils peuvent s'arrêter quand ils veulent...".

Le bilan cependant est là : le tabac est "un assassin" d'autant plus pernicieux qu'il est familier et encore trop banalisé dans notre société .Malgré toutes les mesures de prévention et d'information, les mises en garde sur les paquets, la réduction des taux de goudrons et j'en passe, il faut bien admettre qu'il y a peu de résultats. Les jeunes, en ce qui les concerne sont quasi indifférents aux campagnes anti-tabac.

Le tabagisme est déjà "psychologiquement contagieux", de plus imiter les "grands" dans ce qu'ils ont de maléfique plutôt que d'héroïque est un mal universel; la répression ne sert pas à grand-chose devant l'attrait du fruit défendu, et l'influence des copains dépasse trop souvent celle des parents, encore que qui ne connaît pas un père qui a tendu lui-même une cigarette à son fils dans un geste complice...

La croissance des frustrations dans les domaines sociaux, économiques et scolaires ne fait que raviver le besoin de se valoriser, d'en imposer aux copains et de s'intégrer à un groupe social. Il n'est que de voir le triste spectacle devant certains établissements scolaires qui respectent la loi, de dizaines de jeunes agglutinés sur le trottoir et tirant nerveusement sur leur cigarette avant de reprendre leurs cours. Oui, le tabac est bien un assassin !



-----------------
par Marie-Christine PFAFF
Fruitymag, votre webzine libre de droit