Le poids, deuxième source de stress après les problèmes d’argent

Le poids, deuxième source de stress après les problèmes d’argent

Selon une étude, cette préoccupation arrive en seconde position après les problèmes d'argent.

Une nouvelle étude Ipsos pour Contrex montre que la minceur reste une préoccupation majeure pour la plupart des femmes et une grande source de stress. 

Une femme sur deux affirme être bien dans sa peau. Un bien-être qui passe par le sentiment d’être belle et séduisante (pour 48%) mais aussi d’être mince (34%). 1000 femmes âgées de 18 à 65 ans ont répondu à un sondage en ligne pour Ipsos et Contrex. Le principal enseignement qui ne surprendra pas les femmes, c’est que le poids demeure un élément fondamental de leur épanouissement personnel. 8 femmes sur 10 affirment faire attention à leur ligne, révèle l’étude. Pour certaines, rester mince peut tourner à l’obsession et générer du stress : 4 femmes sur 10 considèrent le poids comme un facteur de stress. Pour les femmes au régime (314 femmes sur les 1000 femmes sondées), le poids représente la deuxième source de stress après l’argent et avant l’anxiété liée à la vie professionnelle ou familiale ! 

Des femmes tiraillées entre rester mince et se faire plaisirLes femmes sont constamment tiraillées entre le souci de leur poids et la quête d’hédonisme. Oui, les femmes veulent une belle silhouette mais elles ne sont plus prêtes à d’énormes sacrifices pour y parvenir. Ce constat s’incarne à travers un certain désamour pour les régimes qu’elles jugent "ennuyeux", d’après l’étude. Le régime est souvent associé à des émotions négatives telles que l’aversion, la fatigue, l’irritation et la culpabilité. 

Les régimes n’ont plus la cote et les Françaises affichent une sorte de désillusion quant à l’efficacité des "méthodes miracles" tant vantées. 6 femmes sur 10 pensent d’ailleurs qu’elles ne trouveront jamais la méthode idéale pour mincir lorsqu’elles sont au régime. Découragées, elles semblent aussi blasées par l’effet yoyo qu’elles déclarent subir à 63%. Selon elles, seules des "méthodes simples et rapides" pourraient permettre de contourner ces difficultés et cette perception négative liée au (...)Lire la suite de l'article sur Topsante.mondadori.com