La ménopause

La ménopause

Autour de la cinquantaine les femmes subissent toutes sortes de changements physiques, plus ou moins déprimants. C’est la ménopause, histoire d'un bouleversement naturel…

Bouffées de chaleur, anxiété, sécheresse vaginale, prise de poids, vieillissement cutané, problèmes d’ongles, de cheveux… Autour de la cinquantaine les femmes subissent toutes sortes de changements physiques, plus ou moins déprimants. C’est la ménopause, histoire d'un bouleversement naturel…

I. Définition

La ménopause appelée aussi âge climatérique est un processus physiologique normal qui marque la fin de la période féconde. L'arrêt de la fonction ovarienne et de la sécrétion des hormones féminines : les estrogènes et la progestérone, entraînant ainsi une disparition des règles.

La ménopause se situe normalement entre 50 et 55 ans, caractérisée par l'extinction des fonctions ovariennes et la disparition totale de la menstruation. On admet que la ménopause est installée lorsqu'il n'y a pas eu de règles depuis un an.
Après l'ablation chirurgicale des ovaires (castration) chez une femme encore réglée, la ménopause qui s'ensuit est dite artificielle."

La ménopause influence la façon dont la plupart des femmes se sentent physiquement et émotionnellement. La ménopause ne débute pas au même âge et elle n'a pas les mêmes implications chez toutes les femmes, même à l'intérieur d'une même famille.
La ménopause est précédée par une longue période de transition qui commence dès l'âge de 40 ans et au cours de laquelle apparaissent les premières modifications biologiques. Cette période de transition correspond à la pré-ménopause et la péri-ménopause.

  La pré-ménopause désigne la période pendant laquelle les fluctuations hormonales produisent des irrégularités menstruelles. Elle peut varier de quelques mois à plusieurs années, en général elle dure 5 ans.
  La péri-ménopause est la période d'un an précédant immédiatement la ménopause durant laquelle débutent les signes biologiques et cliniques caractérisant l'approche de la période de ménopause.

II. Les symptômes

II.1 Les bouffées de chaleur :
Les bouffées de chaleur sont le symptôme qui caractérise le mieux l'entrée en ménopause. Elles apparaissent chez près de 50% des femmes. Il s'agit de brusques sensations de chaleur montant du haut du corps jusqu'au visage, suivies de sueurs importantes et de frissons. Leur durée est brève (rarement plus de quelques minutes).
Les bouffées de chaleur, qui surviennent souvent durant le sommeil, causent de fréquentes périodes d'éveil nocturne et de l'insomnie, elles peuvent être très incommodantes. Dans la majorité des cas, les bouffées de chaleur persisteront pendant plus d'un an. Ces épisodes peuvent être accompagnées de palpitations et d’anxiété et peuvent nuire significativement à la qualité de vie de nombreuses femmes.

II.2 Changements d'humeur et problèmes de mémoire
La ménopause représente, pour certaines femmes, le début du vieillissement, et se caractérise par des sautes d'humeur, de l'irritabilité, de l'anxiété, parfois même des pertes de mémoire et des problèmes de concentration. Certaines femmes se sentent dévalorisées et déprimées. Certaines études laissent supposer qu'il y a une incidence accrue de manifestations dépressives, à la ménopause.

II.3 La fatigue
Elle est réelle et physique mais s’accompagne aussi de lassitude et de découragement.

II.4 Incontinence urinaire
La réduction du taux d'oestrogène peut entraîner l'amincissement de la muqueuse qui recouvre la vessie, provoquant l'écoulement involontaire de petites quantités d'urine lorsque l'on rie, éternue ou porte des paquets. Il est possible d'uriner plus souvent, souvent la nuit, ou d'être plus susceptible de développer des infections urinaires.

II.5 Insomnie, épuisement
Elle survient au milieu et à la fin de la nuit. Elle empêche la récupération et accentue l’épuisement corporel et mental.

II .6 Vieillissement cutané, pertes de poils
Quelques transformations graduelles au niveau de la peau et du tissu de soutien peuvent survenir. La quantité de liquide intracellulaire diminue, ce qui provoque un amincissement des couches sous-cutanées de même qu'une baisse d'activité des glandes de la sueur.
La peau devient ainsi plus sensible à la température et à l'humidité. On observe également une diminution des poils pubiens, axillaires et une perte de cheveux. Certaines femmes noteront une accentuation des rides durant la ménopause, parce que l'oestrogène contribue à l'intégrité de la structure du tissu de soutien de la peau.

D'autres manifestations peuvent apparaître : fourmillements, douleurs articulaires et musculaires, céphalées, palpitations, vertiges, nervosité, irritabilité, perte de confiance en soi, anxiété, troubles sexuels (dyspareunie, sécheresse vaginale, diminution de la libido, douleurs lors des relations sexuelles), prises de poids,

III. Les traitements

Le traitement est indiqué selon la sévérité des symptômes et leur impact sur la qualité de vie. Pour les symptômes plus légers, on recommande de procéder d’abord à des adaptations du mode de vie et d'adopter la médecine dite alternative.

III.1 Le Traitement Hormonal Substitutif (THS)
Le THS est indiqué aux femmes pour lesquelles la ménopause provoque une gêne importante. Il est particulièrement proposé aux femmes ayant eu une ménopause précoce et/ou chirurgicale. Il est aussi recommandé chez les femmes présentant des risques d'ostéoporose ou de maladies cardiovasculaires accrus.
Le THS consiste à apporter à l'organisme les hormones manquantes non produites par les ovaires (l'estrogène et la progestérone).
Cependant le THS comporte un risque majeur qui est celui du cancer du sein. Ce risque est augmenté chez les femmes traitées par les estrogènes.

III.2 Les traitements non hormonaux
De nombreuses femmes ménopausées ne peuvent pour des raisons gynécologiques ou générales bénéficier de cette thérapie. D'autres craignent le traitement.

III.3 Médecine alternative
Les femmes dont la ménopause est associée à des symptômes légers ou modérés optent plutôt pour un traitement non pharmacologique avec des produits naturels, en plus des modifications à leur mode de vie. Ces traitements sont disponibles sans ordonnance. Peu de données sont présentement disponibles sur leur sécurité et de possibles effets secondaires associés à un traitement à long terme.

Parmi les bonnes attitudes à adopter :
  Porter des vêtements légers, en plusieurs couches.
  Cesser de fumer.
  Eviter les boissons chaudes ainsi que la caféine et l’alcool.
  Dormir dans une pièce bien aérée, tranquille et climatisée, si possible.
  Diminuer les sources de stress.
  Enfin, une bonne alimentation est essentielle.
  La pratique régulière d’activités physiques.

IV. Bien vivre la ménopause

Une fois survenue, la ménopause peut être vécue comme un tournant dans la vie d'une femme. Elle peut être très déstabilisante pour certaines, tant physiquement que psychologiquement : au travail, à la maison, avec son conjoint, la femme de 50 ans a l'impression que tout change autour d'elle.

Les signes annonciateurs de la ménopause sont parfois mal supportés. Pour en diminuer l'effet et pour prévenir l'ostéoporose, les traitements hormonaux substitutifs étaient, il y a encore peu de temps, prescrits très largement. Par ailleurs, un bilan préalable peut être effectué.

V. Risques reliés à la ménopause : Ostéoporose

La densité osseuse augmente jusqu'à l'âge de 35 ans, après elle diminue progressivement. Les os deviennent plus minces, plus poreux et plus fragiles, c’est ce qu’on appelle l’ostéoporose.
Ce processus s'accélère à la ménopause car l'oestrogène, qui ralentit la perte de la masse osseuse diminue. La femme perd immédiatement après sa ménopause, de 3 à 5% de sa masse osseuse annuellement.
Des os plus fragiles se brisent plus facilement. Les fractures de la hanche, des côtes et des vertèbres sont les plus fréquentes.

VI. La pré ménopause

La ménopause survient lorsque les ovaires ont épuisé leurs réserves d'ovules qui peuvent être fécondés. Ces changements, qui caractérisent la pré-ménopause, peuvent s'étaler sur quelques mois à plusieurs années. Certains mois, l'ovulation ne se produit pas. En absence de progestérone, hormone produite après l'ovulation, l'intervalle entre les menstruations et leur durée peuvent fluctuer. Ces phénomènes entraînent un épaississement de la couche interne de l'utérus ou l'endomètre. Quelques fois, cet épaississement devient instable et déclenche des menstruations excessives et caractérisées par le passage de caillots, accompagnés ou non de douleurs menstruelles, sous forme de crampes. Quelques femmes subiront des bouffées de chaleurs ou des sueurs nocturnes de façon occasionnelle. La pré-ménopause peut durer de quelques mois à quelques années, en moyenne cinq ans.