La préparation physique

La préparation physique

La préparation physique de la femme enceinte, si elle ne supprime pas totalement la douleur de l’accouchement, permet de mieux la supporter.

La préparation physique de la femme enceinte, si elle ne supprime pas totalement la douleur de l’accouchement, permet de mieux la supporter. Les relations établies entre la mère et le fœtus pendant la grossesse vont trouver leur plein épanouissement dès les premières heures de la naissance. En effet, l’objectif de la préparation va être de créer chez la femme de nouveaux réflexes conditionnels, par l'apprentissage d'une activité pratique, en l'occurrence d'une activité respiratoire particulière.

La respiration

Le processus respiratoire a pour fonction d'absorber en permanence la quantité d'oxygène nécessaire à l'alimentation des cellules de l'organisme et d'éliminer le gaz carbonique libéré par les poumons; le double échange se fait dans la cage thoracique, qui renferme les poumons, enveloppés dans une sorte de sac membraneux, la plèvre. Son expansion et sa contraction correspondent aux deux temps de la respiration : l'inspiration et l'expiration.
  L'inspiration est un phénomène actif qui met en mouvement un certain nombre de muscles, principalement le diaphragme, dont la partie centrale s'abaisse et vient prendre appui sur le contenu abdominal. Chez la femme enceinte, le point d'appui du diaphragme est la partie supérieure de l'utérus.
  L'expiration est habituellement un phénomène passif qui fait suite à la phase d'inspiration et permet aux poumons de reprendre leur volume initial. La cavité thoracique s'affaisse ; le diaphragme se relâche. L'expiration forcée élimine l'air résiduel après l'expiration normale. Elle fait travailler les muscles de la sangle abdominale, ceux qui entrent en jeu au moment de l'expulsion.

Informée du processus respiratoire, la femme enceinte apprend à le maîtriser pour le mettre en pratique au moment de l'accouchement : elle saura moduler sa respiration et en modifier le rythme en fonction des contractions.
Les principales respirations enseignées dans ce but sont la respiration thoracique, la respiration bloquée et la respiration abdominale.

La relaxation

La relaxation est une technique qui permet à l'organisme de se détendre en agissant sur la contraction musculaire. C'est le résultat d'un acte volontaire et actif qui ne doit pas être confondu avec le repos. Dans le cadre de la préparation à l'accouchement, la future mère va apprendre tantôt à décontracter une partie de son corps tout en fixant son attention sur une autre tantôt à relâcher tous ses muscles. Le premier exercice sera utile pendant la contraction, le second se fera entre deux contractions.

La relaxation est le complément indispensable de la respiration. En effet, l'activité musculaire exige une grande consommation d'oxygène, qu'il faut apprendre à maîtriser. Ainsi, la bonne oxygénation du muscle utérin implique la mise au repos du reste du corps. En évitant les efforts inutiles, la consommation en oxygène diminue et, de ce fait, les exercices respiratoires sont moins intenses.

La relaxation n'est pas un exercice simple et demande une concentration importante ; c'est pourquoi son apprentissage débute dès le sixième mois dans le cadre de la préparation à l'accouchement. Pour obtenir une bonne décontraction tant nerveuse que musculaire, il faut tout d'abord que la femme enceinte prenne conscience des différents muscles de son corps et qu'elle distingue l'état de contraction d'un muscle de l'état de décontraction. Elle pourra s'y entraîner en pratiquant régulièrement les deux exercices suivants :
  Couchée sur le dos, sur un matelas ou une couverture à même le sol, un oreiller sous la tête et sous les jambes afin d'éviter tout effort, muscles relâchés, la future mère va contracter une à une les différentes partie de son corps : orteils, pieds, jambes, vagin, rectum, abdomen, poitrine, cou, visage. À ce stade, elle ne doit plus être qu'une boule de muscles contractés. Puis elle engage la démarche inverse qui consiste à relâcher progressivement les muscles du front jusqu'aux orteils pour parvenir à un état de décontraction totale.
  Le second exercice consiste à contracter un seul muscle, alors que tous les autres sont relâchés et à le décontracter puis à recommencer avec un autre.

Grâce à ces exercices, au moment de l'accouchement, la femme sera en mesure de faire travailler isolément les muscles utiles et de relâcher les autres ; ainsi, lors de l'expulsion, elle contractera les muscles abdominaux tout en relâchant ceux du plancher pelvien. Elle pourra aussi utiliser efficacement les instants de repos entre les contractions pour se détendre et récupérer le maximum de force dans le minimum de temps.

La préparation musculaire

Une gymnastique adaptée est très utile ; d’une part, elle prépare à l'accouchement et d'autre part, après la naissance, elle permet de récupérer rapidement la musculature antérieure.
Outre l'entraînement musculaire, ces exercices ont pour objectif l'assouplissement des articulations du bassin et de la colonne vertébrale et l'activation de la circulation sanguine. Dans certaines maternités, des exercices de danse sont organisés pour rendre l'en Haine ment plus attrayant.

C’est lors des séances de préparation à l'accouchement que la sage femme enseigne les exercices respiratoires et musculaires, mais un bon entraînement suppose que la future mère les répète quotidiennement chez elle dans le calme et la tranquillité.